mercredi 14 septembre 2016

Ouzbékistan – Samarkand, nouvelle étape sur la route de la soie

Ouzbékistan – Samarkand, nouvelle étape sur la route de la soie


Après les merveilles de Boukhara, nous voilà sur la route de Samarkand, autre ville incontournable de la mythique route de la soie.


Contrairement à ce que nous pensions, nous avons fait la route en une journée afin de profiter au maximum du peu de temps que nous avons en Ouzbékistan (fin de visa oblige).
Nous avons néanmoins fait quelques étapes et avons notamment visité le minaret de Vobkent et mangé les fameuses Chahliks (brochettes) à Gijduvan.
                       



En arrivant à Samarkand, nous trouvons rapidement une place de parking idéale pour les quelques jours que nous souhaitons passer ici (Merci Un tour à Cinq). Le parking est placé juste derrière le Registan, grande place regroupant plusieurs Madrasa et attraction principale de la ville.
Le lendemain matin, nous passons quelques heures à visiter le Registan et restons de nouveau émerveillés devant les minarets penchés, les portails et les dômes recouverts de mosaïques bleues, les décorations en feuilles d’or…
   

Nous réservons notre après-midi à la visite de la partie Russe de la ville avec la visite du mausolée de Gour-Emir.


Ensuite, nous  nous sommes dirigés vers la mosquée Bibi- Khanoum, devant laquelle  les seuls mots qui nous viennent sont «  impressionnant » et «  gigantesque » ! Nous y avons rencontré un Ouzbek et sa maman en vacances, avec qui nous avons échangé sur divers sujets culturels.
Pour clôturer cette journée, nous nous sommes promenés sur le bazar, avant sa fermeture.
 

Depuis notre retour, nous nous efforçons de faire encore plus attention à ce que nous mangeons, c’est pourquoi nous n’achetons pas de viande, de peur de ne pouvoir la conserver correctement avec la chaleur. C’est donc un régime ratatouille avec riz, ou sa variante aux pâtes, qui est imposé, avec les légumes soigneusement épluchés ou rincés, mais surtout bouillis pour éviter toute infection.
Le midi, nous mangeons tout de même local, le plus souvent des samossas au mouton, mais également le Plov, plat national, pour que Julien ait malgré tout sa dose de viande !


Le lendemain, réveil en trombe à 8H par la police ! Nous ne l’avons compris qu’en fin de journée, mais des dignitaires de différents pays sont venus assister à une commémoration suite au décès du président Ouzbek. Du coup, pas de demi-mesure : La ville fut entièrement vidée de ses voitures, et est restée inaccessible aux véhicules toute la journée, des bus faisant office de barrage routier.

Ainsi, nous sommes partis ans la ville d’Urgup, pour se balader dans son fameux bazar. Nous en avons profité pour faire réparer le système de fixation du lit au plafond, dont une des accroche à cédé.

 

Finalement plus petit que prévu, nous avons quitté Urgup et sommes retourné à Samarkand, toujours bloqué. Sans être découragés des 2km ½ à faire, nous sommes partis visiter la vieille ville à pied. Il faut savoir qu’un plan d’urbanisme à complètement remodelé Samarkand afin de cacher la vieille ville de la vue des touristes. Des grands murs ont été érigés, bloquant la quasi-totalité des points d’accès à cette zone, et c’est par ne petite porte dérobée que nous y accédons.
Dans le labyrinthe de ruelle, nous visitons des mosquées, une synagogue, et échangeons avec un marchand du coin.
 

Un taxi nous à ramené à notre Mucomobile, puis nous sommes retournés sur notre parking tant apprécié.

En Ouzbékistan, il est une chose très importante à gérer pour un étranger : L’enregistrement. En effet, pour chaque nuit passée en Hôtel, nous est fournit un certificat d’enregistrement, qui prouve que nous avons passé la nuit à tel endroit. Ces papiers sont très importants et sont demandés à la douane en sortie de Pays. Le point noir du système : Cela ne prend pas en compte les voyageurs en camping-car !
Et là, lorsque l’on cherche à se renseigner, chaque personne à un son de cloche différent : selon les Hôtels, pas d’enregistrement nécessaire les 3 premières nuits, mais chaque nuit suivante; Selon l’organisme spécialisé, pas besoin d’enregistrement si l’on passe moins de 3 jours dans la même région ; Selon la police, enregistrement tout les 3 jours minimum ; Selon notre guide, enregistrement chaque jour….

Ayant été enregistrés à l’Hôtel Boukhara, nous avions passé 2 nuits sans être enregistrés, et nous avons fait le tour des Hôtels pour savoir s‘il était possible d’avoir un enregistrement à Samarkand, malgré le fait de dormir dans notre Camper-van. Ce fut impossible, il nous à fallu nous résigner à passer une 3eme nuit sans enregistrement…


Le troisième matin, nous sommes partis pour Tachkent, ultime étape de notre épopée Ouzbek.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire