samedi 25 juin 2016

Turquie - Sur la route de l'Iran

Turquie - Sur la route de l'Iran

Bon on ne sera pas allé bien loin en quittant Trabzon parce qu'entre un GPS qui confond route nationale et route sans revêtement,  un éboulement qui a coupé la route principale, le brouillard et la nuit qui tombe, nous décidons de nous arrêter dans le petit village de Karaçam construit à flanc de montagne pour passer la nuit.

Aussitôt garés sur un bord de route au milieu de village, voilà un homme, Güngor, qui s'approche de nous, nous propose de nous garer un peu plus loin et de venir dîner chez lui.
Nous nous retrouvons donc à table avec sa tante et et sa grand mère.  Nous comprenons après que  Güngor, sa femme Sevcan et sa fille Azra habitent au rez-de-chaussée tandis que sa mère, sa grand-mère et sa tante habitent à l'étage où nous avons dîné.


Après le repas, soupe, riz pilaf, ratatouille aux œufs, pastèque... Julien est invité à aller boire un thé au café du village entre hommes alors que je reste avec Sevcan, Azra, la mère, la grand-mère et la tante à discuter comme nous pouvons avec Google traduction !  
 
Après 1h environ, je rejoins Julien au rez-de-chaussée et nous passons le reste de la soirée avec Güngor et Sevcan à discuter  (merci encore à Google traduction) en mangeant des fruits, des biscuits, du pop-corn et en buvant du thé...
A presque minuit nous nous excusons et partons dormir dans la Mucomobile car une longue route nous attend le lendemain.

Et c'est peu dire! La route principale étant coupée, nous nous retrouvons sur un chemin de montagne sans asphalte, étroit et abîmé pendant plusieurs heures...mais cela nous a valu des vues et paysages magnifiques et arrivés à 2400 mètres nous avons même marché dans la neige !
En tout cas, nous sommes heureux de ne pas avoir pris la route la veille.


  

Une fois sur l'autoroute,  nous filons jusqu'à Dogubeyazit,  ville à une dizaine de kilomètres de la frontière iranienne. Nous arrivons de nuit et la ville ne nous inspire pas...chiens errants, pas d'éclairage,  beaucoup de poussière... Nous nous posons  donc en haut de la ville sur le parking du palais de Ishak Pasha que nous souhaitons visiter le lendemain matin.

Après une courte nuit à cause de la tempête qui a secoué la Mucomobile toute la nuit, nous allons visiter le magnifique palais qui dominait l'ancienne ville. Sculpture,  mosaïque...Nous en prenons plein les yeux!

                                     

Après avoir préparé notre passage à la frontière( rangement du van, préparation des papiers, utilisation d'internet car nous avons une carte sim en Turquie, publication des articles...) Nous partons vers la frontière avec une petite boule au ventre car nous avons lu que le passage de la frontière iranienne peut être compliqué.

Nous arrêtons jeter un coup d’œil à un cratère de météorite à quelques centaines de mètres de la frontière et nous y voilà!


Et bien plus de peur que de mal. Nous avons mis moins d'1h30 pour sortir de la frontière turque et franchir la frontière  iranienne. 

Les formalités en Turquie ont été très rapide: après avoir doublé presque 5km de camions, nous avons enregistré le véhicule dans la zone de la frontière, fait tamponner les passeports pour notre sortie et tamponner mon passeport pour la sortie de la Mucomobile.

Arrivés côté Iranien, après avoir attendu 10 minutes que la barrière s'ouvre, un militaire entre dans la Mucomobile, nous souhaite la bienvenue en Iran et checke 1 ou 2 placard, s'installe dans le "salon", nous pose 2-3 question : où aller vous? Avez-vous de l'alcool (illegal en Iran) ? Et appelle un homme assis un peu plus loin. Nous sommes pris en charge par cet homme qui parle couramment anglais et nous comprenons vite qu'il s'agit en fait d'une sorte de "guide non officiel " qui guide les touristes lors de leur passage avec l'accord des autorités.

Il prend nos passeport, le carnet de douane et nous voilà à arpenter les différents bureau de la douane et passant toujours devant tout le monde : un tampon par ci, une signature par là, une photocopie...bref un vrai labyrinthe de bureau.
Moins de 40 minutes après,  nous voilà prêts à quitter la frontière non sans laisser un petit pourboire à notre "guide".

Avec le décalage d'1h30 avec la Turquie,  il est passé 19h quand nous passons la frontière et nous prenons la route pour Tabriz où nous souhaitons passer notre première nuit et trouver internet car nous avons un rdv Skype avec la famille et les amis qui sont tous réunis.

C'était sans compter notre pneu arrière qui a éclaté sur la route, de nuit et sous la pluie... mais Julien a géré la situation et nous nous sommes arrêtés un peu plus loin dans une station service afin de manger un bout et avoir internet!


Nous avons donc passé la soirée dans la Mucomobile à discuter avec famille et amis! Ça fait un bien fou mais un petit coup de cafard quand même lorsque nous raccrochons...

Cette fois-ci, nous avons une bonne excuse pour le retard de l'article... et aussi pour le manque de nouvelles Facebook.
En effet, Blogger et Facebook semblent être bloqués en Iran, car après l'utilisations de plusieurs bornes Wifi, et même avec une carte sim Iranienne, il nous est impossible de s'y connecter. 
SAUF aujourd'hui, où nous avons décidé de nous poser une heure ou deux dans un parc au bord de mer et où, allez comprendre comment et pourquoi, Ces 2 sites se sont mis à fonctionner !
Du coup, on espère que l'article (et les photos) seront publiés correctement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire